Télécharger
Partager
Cécile Dejoux
Professeur des universités

L'IA au service du dirigeant de demain

L’IA est la face cachée de la transformation digitale. Invisible, elle s’est pourtant immiscée dans le quotidien des entreprises. Mais qu’est-ce que l’intelligence artificielle et que peut-elle réellement apporter aux dirigeants ? Cécile Dejoux, professeur des universités, chercheuse au Conservatoire national des Arts et Métiers et affiliée à l’ESCP Business School, nous explique les applications de l'intelligence artificielle en entreprise et son influence sur le dirigeant de demain.

 

Sherpany : Pour beaucoup, l’intelligence artificielle reste un sujet un peu mystérieux et complexe. Comment la définiriez-vous pour des dirigeants peu familiers avec cette technologie ?

Cécile Dejoux : C'est un domaine scientifique qui est transversal aux mathématiques, à l'informatique et aux sciences cognitives. Il permet de créer des solutions qui s’organisent autour de quatre grands pôles :

  • La parole et le langage - L'intelligence artificielle crée des outils qui permettent à la fois de comprendre des mots et des phrases, mais aussi d’en créer. Pour donner une illustration, l’IA permet la traduction simultanée.
     
  • La vision - On arrive, grâce à l’IA, à obtenir des solutions techniques qui permettent la reconnaissance d'objets, d'images, ou de visages. Par exemple, l’intelligence artificielle met en relation une personne qui entre dans un aéroport avec le fait qu’elle porte une valise. Cela peut permettre de donner l’alerte. Elle peut aussi mettre en relation quelqu'un qui entre dans un magasin avec les produits qu'il achète, et donc effectuer une vente sans avoir recours à une personne humaine. 
     
  • La robotique et l’automatisation - L’IA permet de classer, de trier, de créer des relations dans des logiciels qu'on appelle des RPA. Quand on associe ces derniers à des sortes de robots non humanoïdes, mais néanmoins physiques, on obtient des cobots qui peuvent aider à porter des charges lourdes ou à effectuer des gestes difficiles. 
     
  • L’optimisation des connaissances - L’intelligence artificielle permet de détecter des scénarios, d'analyser et de faire des prévisions.


SherpanyQuelles sont les applications concrètes de l’intelligence artificielle en entreprise ?

Cécile Dejoux : Elles peuvent être de plusieurs sortes. En premier lieu, l’IA peut être conseillère. Elle peut vous fournir des informations sur vos clients que vous ne trouveriez pas tout seul, parce qu'elle va scanner des bases de données entières. Elle peut mettre en relation des données pour vous permettre de savoir, par exemple, si votre client est financièrement viable ou pas. Elle peut aussi analyser la concurrence et vous dire sur quel prix vous devriez vous positionner pour être compétitif.

Elle peut également réaliser des prévisions en effectuant des simulations et des scénarios à partir de données. Elle va pouvoir optimiser afin que vous disposiez des meilleurs outils. Enfin, elle peut vous assister et vous aider à être optimum dans votre gestion, avec des outils qui vont vous permettre d'engager vos collaborateurs. Elle est aussi capable de remplacer l’homme sur certaines tâches.

 

SherpanyComment l’IA peut-elle modifier le rôle du manager ? Dans quelles tâches peut-elle l’assister ?

Cécile Dejoux : L’IA va intégrer tous les métiers et est amenée à changer le rôle du management. C’est la partie invisible de la transformation numérique, parce qu’elle se situe davantage dans les processus. Le manager doit donc devenir « IA compatible » et cela a trois implications :

  • Une nécessité d’acculturation - Le manager doit comprendre ce qu’est l’IA, quelles sont ses briques, son vocabulaire, son univers, ce qu’elle fait et là où elle devient dangereuse.
     
  • L’acquisition de nouvelles compétences - Le manager doit comprendre comment trouver la data, comment l’utiliser et comment la contrôler. Il doit apprendre à changer son métier en utilisant l’IA à son avantage.
     
  • La formation des collaborateurs - Le manager doit former ses collaborateurs pour les faire devenir des « collaborateurs augmentés ». C’est très important que le manager identifie avec ses collaborateurs les tâches à faible valeur qui pourraient être déléguées à l’IA, ainsi que de nouvelles tâches qui ne pourraient pas être effectuées sans l’aide de l’intelligence artificielle.

Lorsqu’elle est complémentaire des tâches que nous effectuons, l’IA réalise des choses que nous ne pouvons pas faire. Les managers peuvent en tirer profit dans la prise de décision, mais aussi dans tout ce qui est lié à la vitesse, à la flexibilité et à la personnalisation. Par exemple, si vous avez 1 000 personnes dans votre entreprise, une IA vous permettra d'avoir 1 000 plans de formation individualisés, ce que ne peut pas faire un responsable formation.

Le rôle de l’IA est extrêmement précis. Il ne faut pas s’en faire une image telle que celle parfois dépeinte dans la presse. Ce n’est pas une technologie qui va remplacer l’homme. L’IA ne sait pas réagir face à une situation inédite. Elle n’apprend que par rapport aux données du passé. Dans une situation nouvelle, l’homme sait faire preuve d'adaptation tandis que l’IA est simplement capable de reproduire. Il ne faut donc pas avoir peur d'elle.


'Il vaut mieux comprendre comment l’intelligence artificielle va changer notre travail et comment, nous aussi, devons changer afin de conserver une valeur ajoutée.'


 

SherpanyChez Sherpany, nous aidons les dirigeants et leurs collaborateurs à optimiser leurs réunions en les rendant plus efficaces. Est-ce que l’intelligence artificielle pourrait assister les managers et leurs collaborateurs dans ce domaine ?

Cécile Dejoux : Tous les processus en amont d'une réunion peuvent être automatisés, et donc effectués par une IA.


'C’est, en fait, très pertinent d’optimiser un maximum en amont de manière à ce que la réunion n’ait lieu que pour répondre à de nouveaux problèmes, faire du réseau, de l’influence ou du lobbying.'


Beaucoup de choses peuvent être automatisées. Aujourd’hui, par exemple, une IA est capable de générer automatiquement des comptes-rendus de réunion, puisqu’elle est capable de retranscrire les discussions, de les traduire si nécessaire et d’en faire ressortir les points saillants.

Il faut donc voir l’IA comme un moyen d’automatiser tout ce qui est automatisable, mais il faut surtout faire que l'homme réinvente le présentiel, à distance ou pas. Le présentiel doit être des moments uniques, dont la valeur ajoutée est liée à tout ce qui est non automatisable. Ils doivent aussi redonner de la sociabilité aux collaborateurs. Nous sommes des êtres sociaux et nous ne pouvons pas être tout le temps derrière un ordinateur.

 

SherpanySon utilisation, couplée à la distanciation physique, peut-elle créer de nouveaux modes de travail ou entraîner une métamorphose vers un management digital ?

Cécile Dejoux : Oui, je pense que cela va complètement changer le rôle du management. L’IA est complémentaire du travail à distance, mais elle ne va pas travailler à distance à la place des hommes. Ce n'est pas l'objectif. Par contre,


'le travail à distance va transformer le rôle du management qui deviendra beaucoup plus individualisé, mais en même temps, beaucoup plus axé sur la collaboration.'


Grâce au management à distance, on observe que de plus en plus de managers téléphonent à leurs collaborateurs alors qu'avant, ils ne prenaient pas de nouvelles à un niveau individuel. C'est un aspect très positif. Même si matériellement et techniquement, une IA pourrait passer cet appel, il faut que cela reste un acte humain. Ce n’est pas parce que certaines choses sont automatisables ou réalisables par une IA qu'il faut nécessairement le faire. Ce sont vraiment des choix d'entreprise. 

Autant il faudra développer des compétences pour devenir « IA compatible », autant il faudra développer aussi des compétences de centrage. Et que sont-elles ? Ce sont toutes les compétences que l’IA nous «vole», comme la mémoire, l'attention, ou la gestion de notre temps. Ce n’est pas tant qu'elle nous les vole puisqu'en même temps, le résultat est très positif : c'est grâce à cela qu'elle va pouvoir être efficace. Mais il ne faut pas que nous les perdions afin de continuer à tirer profit de notre humanité, parce que c’est elle qui nous fait rester employables.

Cécile Dejoux
Cécile Dejoux
Professeur des universités
Cécile Dejoux est Professeur des universités au CNAM responsable nationale de la filière RH, du Master RH, Professeur affiliée à l’ESCP Business School et intervenante à l’ENA.

Spécialiste de l’enseignement à distance, elle est la créatrice du MOOC «L’IA pour tous !» et anime une chaîne YouTube dédiée aux transformations managériales et l’IA. Elle a publié plus de 20 articles scientifiques et communications internationales ainsi que de nombreux livres dont, «Ce sera l’IA et moi» (éditions Vuibert).

Visiter le site web

Connaissances et Ressources

None
Louis Vareille

Organiser une bonne réunion de rentrée

facebooktwittergoogle-plus2linkedin2envelopsearch

Connaissances et Ressources

Nous aidons les dirigeants et les administrateurs à tirer profit de toutes leurs réunions à travers des interviews d'experts, des articles, des livres blancs, des guides et des études de cas.


Nos ressources abordent les thèmes suivants :

  • Gestion des réunions
  • Transformation digitale
  • Management agile

Essayez Sherpany

En remplissant le formulaire ci-dessous, vous serez contacté par l'un de nos experts qui vous montrera, sans obligation, le fonctionnement de la solution Sherpany et comment celle-ci peut gérer vos réunions pour vous.

Contactez-nous

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre solution ou si vous avez des demandes spécifiques, remplissez ce formulaire et nous vous contacterons dans les plus brefs délais.

Demandez un devis

Remplissez le formulaire suivant et vous serez contacté dès que possible.

S'abonner à la newsletter