Transformation digitale
/
Transformation d'entreprise

La digitalisation des entreprises : chiffres clés

La digitalisation des entreprises est un enjeu fort pour les entreprises européennes. Si l’Europe a mis les bouchées doubles pour rattraper son retard sur les Etats-Unis, on observe encore de fortes disparités. Tour d’horizon en 6 chiffres clés.

Aurélie Toro
post image

La transformation digitale a profondément modifié nos environnements de travail. Dès 2011, MIT et Capgemini ont cherché à quantifier son évolution à travers une étude trisannuelle qui a conclu que les entreprises tirant profit de la transformation digitale étaient 26 % plus performantes que la moyenne dans leurs industries.1 De même, en 2013, un rapport publié par Booz & Company soulignait les disparités de la digitalisation entre pays et secteurs, en mettant en avant que l’avancement de la transformation digitale dépendait en grande partie des législateurs.2

Un rapport publié en 2016 par l’Institut McKinsey a montré que l’Europe était en retard par rapport aux États-Unis, avec seulement 12 % de son potentiel en termes de transformation digitale réalisés, soit 6 points de moins que son concurrent américain.3 Consciente de l’urgence, l'Europe s’est depuis attachée à rattraper son retard en digitalisant son économie et ses entreprises. Les prévisions de McKinsey en 2016 se sont révélées exactes : l’accélération de la digitalisation de l’Europe a rapporté plusieurs trillions d’euros à son économie.

 

La transformation digitale : des disparités selon les pays

Créé en 2015 par la Commission européenne, le DESI ou Digital Economy And Society Index, est un index chargé d’évaluer l’évolution des pays de l’UE vers une économie et une société digitales. Il a pour but d’identifier quels domaines nécessitent des investissements prioritaires. Cet index prend par exemple en compte :

  • la connectivité
  • les compétences digitales
  • l’utilisation d’Internet par les citoyens
  • l’intégration des technologies digitales par les entreprises, les services publics, la recherche et développement.

Le DESI a ainsi démontré que tous les pays européens n’ont cessé d’améliorer leurs performances digitales au fil des années.

 

Les pays nordiques en haut du classement

D’après le DESI de 2019, la Finlande, la Suède, les Pays-Bas et le Danemark sont les pays en Europe qui ont les meilleures performances en termes de digitalisation.4 Alors que du côté du PIB, les pays leaders sont l’Allemagne et la France, ces derniers tombent dans le milieu du classement quand il s’agit de digitalisation.

La 1ère place occupée par la Finlande s’explique par une volonté de faire du digital sa priorité. Par exemple, l’utilisation d’Internet sur mobile est deux fois supérieure à celle de ses voisins européens et rend l’écosystème propice aux startups de la tech. Notons que la patrie de Nokia a sans doute aussi tiré ses leçons de digitalisation de l’ancien géant des télécommunications. 

En ce qui concerne la transformation digitale des entreprises, ce sont les Pays-Bas qui ont une longueur d’avance. Selon la Banque Européenne d’Investissement, ils sont largement en avance sur la digitalisation des entreprises et notamment sur l’automatisation des machines, ce qui conduit à une plus grande productivité. L’adoption du digital par les entreprises hollandaises est également nettement supérieure aux autres pays d’Europe.

S'abonner à la newsletter

Recevez nos derniers articles, interviews et mises à jour produit.

La situation des pays leaders en termes de PIB

En France, en Allemagne et au Royaume-Uni, la tendance vers la digitalisation est claire, mais face aux changements constants inhérents à la transformation digitale des entreprises, ces trois pays, pourtant leaders historiques, ne semblent pas suivre. Selon un sondage réalisé en 2020, seules 22 % des entreprises interrogées estiment posséder les compétences nécessaires pour réussir leur transformation digitale.5

Cela peut s’expliquer par un manque d’investissement dans la digitalisation de la part des autorités de ces pays et par une méfiance générale envers le digital. L’Europe étant traditionnellement un continent attaché aux valeurs humanistes, le digital a plus de mal à être accepté dans la culture des entreprises.6

Les pays du sud de l’Europe comme l’Espagne notamment, mais aussi le Portugal, ont fait de nombreux efforts ces dernières années en matière de digitalisation. L’Espagne se place à la 11ème place de l’index DESI, devant la France et le Royaume-Uni, alors qu’en 2017, elle occupait la 17ème place. Cette ascension fulgurante s’explique par une volonté des autorités espagnoles de miser à fond sur le digital : formations, recherches scientifiques et technologiques ou encore feuilles de route pour la transformation numérique des entreprises.

Cette prise de conscience devrait créer une véritable dynamique pour l’Europe du Sud dans les années à venir. En effet, si son voisin portugais occupe la place de 19ème depuis plusieurs années, ses objectifs de digitalisation sont clairs. Face à l’accélération du progrès, les investissements d’aujourd’hui aideront le pays à rester dans la course du digital grâce au soutien des entreprises et des autorités. 

Selon un sondage réalisé en 2020, seules 22 % des entreprises interrogées estiment posséder les compétences nécessaires pour réussir leur transformation digitale.

Skillsoft via INTELLIGENT CIO
Report


Les pays à fort potentiel pour l’avenir

Selon un rapport publié par McKinsey, l’Europe de l’Est - même si la route est encore longue - pourrait tirer profit de la transformation digitale dans un avenir proche.7 En 15 ans, des pays comme la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie ont considérablement réduit le fossé qui les séparait de l’Europe occidentale. 

En investissant dans la digitalisation des entreprises et du secteur public, l’Europe centrale a les capacités d’automatiser la moitié de ses emplois d’ici 2030, ce qui augmenterait grandement sa productivité. Ce rapport prédit qu’en diminuant le fossé digital qui sépare l’Europe occidentale et l’Europe centrale, ces pays pourraient augmenter de 200 milliards d’euros leur PIB - soit la valeur de l’économie totale d’un pays comme le Portugal. 

 

La transformation digitale : 3 secteurs qui se démarquent

Les études montrent que les secteurs de la banque, de l’assurance et de la communication sont en avance sur le digital comparé à ceux de l’électronique, de la high-tech ainsi que des services.8 Cela peut s’expliquer par une pression plus forte de la globalisation digitale pour ces secteurs, obligés de s’adapter dans l’urgence pour survivre. Les transferts bancaires en ligne, monnaie courante aux États-Unis ou en Chine par exemple, ou encore l’avènement de la publicité via les réseaux sociaux n’ont tout simplement pas laissé le choix aux entreprises de ces secteurs qui ont dû réagir vite et s’adapter. 

Dans ce contexte, trois secteurs se démarquent dans la digitalisation des entreprises en Europe.

 

1. Le secteur bancaire

D’après une étude conduite par Mastercard sur plus de 11 000 personnes dans 11 pays à travers l’Europe, 84 % ont utilisé un service bancaire digitalisé dans le mois et 38 % dans la semaine.9 L’émergence des néo banques européennes comme Revolut, N26 ou des services bancaires 100 % en ligne comme Transferwise, ont forcé les banques traditionnelles à se mettre au digital, créant ainsi une véritable dynamique pour le secteur bancaire en Europe. 

Cette maturité digitale est aussi constatée dans le secteur des assurances qui investissent dans l’intelligence artificielle et l’analyse des données prédictives. Les “assurtech”, ces compagnies d’assurance qui utilisent les nouvelles technologies, fleurissent en Europe avec un marché estimé à 90 milliards d’euros.10

 

2. Le secteur de la construction

Secteur plein de potentiel d’après un rapport de McKinsey, la construction accuse encore un retard sur la digitalisation.11 Les professionnels du secteur sont unanimes sur la question et ont publié un manifeste en 2018 qui indiquait qu’un passage à la digitalisation serait extrêmement bénéfique pour12

  • améliorer la productivité, la sécurité et les conditions de travail
  • réduire les délais
  • proposer des logements abordables
  • augmenter la qualité des constructions et des infrastructures.

Ce dernier visait à appeler les autorités de l’UE à développer un leadership fort sur la digitalisation via des régulations ciblant tout particulièrement la profession. Un rapport de la Commission européenne a mis en lumière que son marché de la construction, pourtant l’un des piliers de l’économie, n’était que 5ème dans le monde en termes de BIM (Building Information Modelling ou « bâti immobilier modélisé »).13

Le secteur de la construction en Europe emploie 20 millions de personnes et génère 10% du PIB.14 C’est aussi un gros consommateur de produits intermédiaires, et la raison pour laquelle la manière dont il fonctionne peut influencer à lui seul toute l’économie. Les enjeux de la digitalisation pour le secteur de la construction sont donc importants. 

On est encore loin du compte. Des tâches simples, comme la numérisation des documents, ne sont pas encore des pratiques répandues. Cependant, des incitations à innover pourraient offrir un gain de productivité dans ce secteur assez rapidement. De nombreuses technologies comme la modélisation 5D, le travail collaboratif et via mobile, l’Internet des objets existent déjà et offrent un avenir prometteur à ce secteur.

 

3. Le secteur de la santé

Prometteur également, le secteur de la santé pourrait gagner de 7 à 10 % de productivité, toujours selon cette même étude. En utilisant les technologies existantes, ce secteur peut déjà améliorer les soins et offrir une viabilité économique. Cependant, l’obligation de protection des données et l’investissement massif dans les infrastructures ont ralenti la transformation digitale de ce secteur. Les récents événements liés au COVID-19 ont montré l’importance pour l’Europe d’accélérer la digitalisation du secteur médical. Bien en retard par rapport à des pays comme la Corée du Sud, qui ont su anticiper et répondre à la pandémie avec l’aide du digital, tout l’enjeu pour l’Europe sera, dans les prochaines années, de déployer une stratégie de digitalisation massive et coordonnée entre les pays.

À l’image du plan Marshall lancé après la guerre pour reconstruire l’industrie européenne, la Commission européenne travaille aujourd’hui sur un nouveau plan Marshall pour réparer les dommages économiques - sans précédent - causés par la crise du COVID-19. Cependant, au lieu d’injecter du capital à l’économie, ce plan de reconstruction prendra la forme d’investissements dans les nouvelles technologies, du fait de la compétitivité accrue des entreprises ultra-digitalisées. Ainsi, la digitalisation massive des entreprises et des gouvernements est plus que jamais une priorité pour relever l’économie européenne post-pandémie.

À l’heure actuelle, le retard en termes de digitalisation est assez conséquent face aux pays leaders comme les États-Unis, le Japon ou encore la Chine. En effet, selon un rapport publié en 2016, seules 15 % des entreprises plateformes estimées à plus d’un milliard de dollars sont nées en Europe contre 46 % aux États-Unis et 35 % en Asie.15

Pour conserver sa compétitivité, l’Europe doit s’adapter, et vite. L’adoption du digital par les entreprises européennes est encore faible avec moins d’un cinquième des entreprises européennes fortement digitalisées et seulement 12% d’entre elles utilisent l’analyse du Big Data.16 L’investissement dans la digitalisation doit être tourné vers des compétences essentielles comme : 

  • la robotique
  • les systèmes automatisés
  • l’Internet des Objets
  • l’informatique de haute performance
  • l’intelligence artificielle
  • le Cloud Computing

En plus de l’adoption de nouvelles technologies digitales, l’Europe doit également investir dans les connaissances digitales. Actuellement, d’après un rapport de la Commission européenne, 44 % des citoyens européens manquent de connaissances digitales basiques.17 Le système éducatif est aujourd’hui particulièrement visé, avec un besoin en équipements technologiques dans la plupart des pays d’Europe. Un plan de digitalisation de l’éducation est actuellement à l'œuvre pour préparer les jeunes générations à l’ère digitale. 

 

La digitalisation massive des entreprises et des gouvernements est plus que jamais une priorité pour relever l’économie européenne post-pandémie.

Un assouplissement des régulations est aussi essentiel, notamment concernant l’intelligence artificielle, déjà réformée avant même qu’elle ne soit exploitée. Un handicap de taille pour les entreprises européennes qui veulent sérieusement s’y mettre et aller concurrencer les entreprises américaines, qui elles, ne se heurtent pas à ce poids législatif. Ursula von der Leyen, l’actuelle présidente de la Commission européenne, a récemment dévoilé son plan de digitalisation pour les cinq prochaines années avec une volonté de placer l’intelligence artificielle parmi les priorités.18 

Cette stratégie de leadership est primordiale pour que l’Europe puisse se relever à la sortie de cette pandémie. Encore faut-il que les dirigeants d’entreprises suivent le rythme. En effet, selon une étude rapportée par la Harvard Business Review, les risques liés à la transformation digitale constituent aujourd’hui la peur nº1 des dirigeants et des cadres d’entreprise.19 Avec 70 % des projets de transformation digitale qui n’atteignent pas leurs objectifs, la peur de l’inconnu et de l’échec est un obstacle de taille à la digitalisation des entreprises.20

Pour les prochaines années, les dirigeants d’entreprise doivent impérativement mettre l’accent sur l’intelligence artificielle et la transformation digitale.21 L’IA en particulier est vue comme facteur d’amélioration de la qualité des produits, mais aussi de lutte contre le réchauffement climatique et les risques de pandémie.22 Selon un rapport publié en 2019 par Ernst&Young et Microsoft23, seules 4 % des entreprises en Europe utilisent l’IA et 40 % des startups européennes spécialisées dans l’IA…n’utilisent pas l’IA !24

Si les mesures politiques et les nouvelles technologies sont au cœur de la digitalisation, le facteur humain reste primordial. Les compétences digitales, le changement de culture, le déploiement de stratégies adaptées font partie des bonnes pratiques que les dirigeants d’entreprise doivent adopter au plus vite. 

 

La transformation digitale : la success story de Deutsche Telekom

Pour aider l’Europe à rester compétitive à l’ère du digital, de nombreuses initiatives sont mises en place. Le Digital Innovation Hubs est un projet mis en place par la Commission européenne afin de construire un réseau d’entreprises autour de la transformation digitale et les accompagner dans la digitalisation de leurs processus, produits et services à l’aide des nouvelles technologies. Avec seulement une entreprise sur cinq hautement digitalisée en Europe, cette initiative destinée aux petites comme aux grandes entreprises vise à faire progresser la digitalisation dans tout l’écosystème.25

Selon le top 100 Forbes des entreprises les plus digitales en 2019, la 1ère entreprise européenne, qui occupe la 19ème place du classement, est Deutsche Telekom.26 L’entreprise allemande est devenue un excellent exemple de digitalisation. La volonté de se tourner vers l’innovation est ce qui - selon l’un de ses dirigeants, Erick Eckert - a été un moteur pour la transformation digitale de l’entreprise.27 Difficile au début, cela a rendu l’entreprise « plus agile, plus innovante et plus rapide - et cela a rendu possible l’accélération de la digitalisation de nos clients ». 

Aujourd’hui, l’entreprise mise sur la 5G, l’intelligence artificielle et la data. Selon Timotheus Höttges, PDG de Deutsche Telekom, « l’Europe a déjà perdu la bataille du numérique - entendez la digitalisation des grands marchés - face à aux États-Unis et à la Chine et s’apprête à perdre celle de la data et de l’IA ».28 Cette volonté d’innover et de garder le cap est en train de créer une dynamique autour de la transformation numérique des entreprises, embarquant avec elle tous les autres secteurs de l’économie. Avec en plus le soutien des autorités européennes, la prise de conscience de la digitalisation est bel et bien amorcée. 

 

La digitalisation des entreprises européennes : des efforts pour un futur prometteur  

À travers cet article, nous avons vu que la digitalisation des entreprises est une question primordiale en Europe. Si des disparités existent entre les pays, le potentiel pour réussir la digitalisation à l’échelle de toute l’Europe est, lui, omniprésent. Même si les pays nordiques ont une longueur d’avance, les pays du sud et de l’Europe centrale se préparent à entrer dans la course de la digitalisation.

Avec des leaders historiques encore un peu à la traîne, le retard de l’Europe face aux géants américain et chinois pourrait être rattrapé dans les prochaines années. La transformation digitale doit être plus que jamais la priorité des dirigeants d’entreprise en Europe. Qu’en est-il de la digitalisation au sein de votre entreprise ? Pour aller plus loin dans vos efforts de digitalisation, nous proposons des solutions adaptées à toutes les entreprises.

Voulez-vous en savoir plus sur la transformation digitale ?

1 'Une étude mondiale réalisée par Capgemini Consulting et le MIT Center for Digital Business', Capgemini, Novembre 2012.

2 'Digitization for economic growth and job creation', Strategy&, 2013.

3 'Digital Europe: Realizing the continent’s potential', McKinsey, July 2016.

4 'The Digital Economy and Society Index (DESI)', European Commission, 2020. 

5 'Europe facing major challenges as Digital Transformation becomes number one skills issue', Intelligent CIO, March 2020.

6 'Europe’s digitalisation delay: help via (higher) education', The Conversation, March 2019.

7 'The rise of Digital Challengers', McKinsey, 2018.

8 'Digitalisation de l’économie : l’Europe en retard sur les Etats-Unis', IEIF, June 2016. 

9 'Digital banking has become part of European’s everyday life. New study from Mastercard reveals', Mastercard, 2019.

10 'AssurTech : l’approche prédictive de Luko pour dépoussiérer l’assurance habitation', Frenchweb, Septembre 2019.

11 'Digital Europe: Pushing The Frontier, Capturing The Benefits', McKinsey, June 2016. 

12 'Joint Manifesto on Digitalisation from the Construction Industry', FIEC. 

13 'Report: Supporting digitalisation of the construction sector and SMEs', European Commision, Octobre 2019. 

14 'Communication From The Commission To The European Parliament And The Council - Construction 2020', European Commission, July 2012.

15 'The Rise of the Platform Enterprise', The Center For Global Enterprise, January 2016.

16 'How much are European companies using data?', The Datalandscape.

17 'The Digital Skills and Jobs Coalition', European Commission, February 2020.

18 'How the Next European Commission Should Tackle AI', Center for Data Innovation, Septembre, 2019.

19 'Digital Transformation Is Not About Technology', Harvard Business Review, March 2019.

20 'Why Digital Transformations Fail: Closing The $900 Billion Hole In Enterprise Strategy', Forbes, March 2018.

21 'Digitalisation and AI: At the heart of Europe's industrial future', The Parliament Magazine, February 2019.

22 '(How) will the EU become an AI superstar?', Deutsche Bank Research, March 2020.

23 'Artificial Intelligence in Europe Report: At a glance', Pulse Microsoft.

24 'Forty percent of ‘AI startups’ in Europe don’t actually use AI, claims report', The Verge, March 2019.

25 'Digital Innovation Hubs (DIHs) in Europe', European Commission, May 2020.

26 'Top 100 Digital Companies', Forbes, 2019.

27 'Deutsche Telekom’s Dirk Eckert Harnesses Digital Disruption', Radius, Octobre 2019.

28 'Deutsche Telekom & Orange : le manifeste en faveur d’une Europe numérique', Orange, May 2019.


Partager
Aurélie Toro
A propos de l'auteur
Passionnée par l'écriture et le partage, Aurélie rédige des contenus destinés à aider les dirigeants français dans leurs pratiques quotidiennes de gestion de réunions.